L'entreprise aujourd'hui

Imprimer

Les enjeux de la transmission.

En raison du vieillissement démographique, un tiers des chefs d'entreprise ont plus de 50 ans et sont donc susceptibles de céder leur entreprise dans les 10 à 20 ans qui viennent.

Au total, c'est plus de 700.000 entreprises qui vont changer de main dans les 15 ans à venir. L'enjeu économique est crucial notamment en terme d'emploi (plus de 300.000 emplois sont en jeu chaque année), et d'aménagement du territoire, par le maintien d'activités, notamment dans le milieu rural.

A partir des estimations sur la répartition des transmissions selon la taille des entreprises, on peut chiffrer les enjeux en termes d'emploi à environ 330 000 par an :

  • 175 000 emplois pour les 50 000 très petites entreprises ;
  • 105 000 emplois pour les 5 000 entreprises de 10 à 50 salariés ;
  • 51 000 emplois pour les 500 entreprises de 50 à 250 salariés.

 

Le nombre total des reprises d'entreprise, au sens économique, approcherait donc 60 000 par an se répartissant, très schématiquement en trois populations :

  • 50 000 transmissions de micro-entreprises (moins de 10 salariés)
  • 5 000 transmissions de petites entreprises (celles qui emploient de 10 à 50 salariés)
  • 500 transmissions d'entreprises moyennes (50 à 250 salariés). Ces dernières perdront fréquemment leur caractère familial à cette occasion.

 

Une large majorité des cessions d'entreprise se font à titre onéreux. En 2002, dans une enquête réalisée pour l'Observatoire des PME d'OSEO, les chefs d'entreprises de 1 à 49 salariés disent être arrivés à la tête de leur entreprise de la façon suivante :

  • 60 % par création (47 % dans les entreprises de 10 à 49 salariés)
  • 31 % par rachat (37 % pour les 10 à 49 salariés)
  • 7 % par héritage (8 % pour les 10 à 49 salariés)
  • 2 % ne se prononcent pas (7 % pour les 10 à 49 salariés)

 

Il apparaît ainsi que l'accession par héritage (à titre gratuit) représente seulement 7% des créations et transmissions d'entreprises. Pour celles de 10 à 49 salariés, beaucoup moins nombreuses que les micro-entreprises, la proportion des dirigeants héritiers serait à peine plus élevée, avec 8 %.

Source: http://www.oseo.fr